9 artistes japonais de hip-hop que vous adorerez

Compte tenu de sa sécurité, de sa propreté et de son comportement poli, le Japon n'est pas un pays immédiatement reconnu pour son attitude hip hop, mais la scène hip hop est bien vivante. Tout aussi divers que leurs contemporains de la J-Pop, les artistes hip-hop au Japon continuent de repousser les limites du genre, de l'art et de la mode en constante évolution. Si vous êtes intéressé à explorer le monde fascinant et diversifié du hip-hop japonais, ce sont les noms qui ont couru dans les rues de Tokyo et du Japon.

Si vous aimez ASAP Rocky consultez Kohh

Le rappeur et artiste Yuki Chiba alias KOHH, est un nom que vous connaissez peut-être même si vous n'avez qu'un intérêt passager pour le hip hop japonais. Probablement la plus grande percée interculturelle de ces derniers temps, ses récents titres d'influence américaine Dirt Boys et Glowing Up ont suscité l'intérêt des communautés internationales et lui ont valu un large public à travers le monde. Son histoire est plutôt atypique par rapport aux normes japonaises. Les parents de KOHH étaient tous deux toxicomanes et pendant qu'il grandissait, son père s'est suicidé. Ces difficultés sont quelque chose dont le rappeur consciencieux parle franchement dans les interviews et sa musique. Son expérience de vie est ce qu'il attribue à sa résilience, quelque chose que vous devez percer dans la scène hip hop.

Pour un hip hop optimiste comme Chance the Rapper, écoutez MCpero

Bien que les MC féminines soient encore un peu sous-représentées au Japon, il y a certainement une vague de noms à venir, et MCpero est à la hauteur de cette tendance. Née à Saitama en 1993, le single du rappeur solo SKIP est l'encapsulation parfaite de ses efforts hip hop super cool mais optimistes. Si vous aimez ce que vous entendez, consultez son premier LP の 一 人 遊 び (traduction: One Person Fun) qui est sorti via le label indépendant OMAKE CLUB en 2016. En plus de ses efforts en solo, MCpero a travaillé avec les légendes locales Tokyo Health Club.

Les fans de Tyler le Créateur vont creuser kiLLA

Si vous aimez votre hip-hop un peu plus streetwise, vous ne pouvez pas aller au-delà de l'équipe de rap de Tokyo kiLLA. Fortement influencé par les pièges, la voix d'ouverture graveleuse de MC kZm sur la piste SHINE établit des parallèles avec l'ère record de Goblin (2011) Tyler the Creator. Entièrement autonome, l'équipe de kiLLA dispose d'une équipe de production, d'ingénierie et de vidéo en interne, ce qui signifie que vous obtenez du kiLLA pur, sans pressions ni influence majeures sur les étiquettes. Si vous avez envie de creuser un peu plus, consultez la chaîne Youtube du groupe pour le travail solo de chacun des membres individuels.

Si la production hip hop classique de J Dilla est votre vibe, rencontrez Nujabes

Bien qu'il soit décédé tragiquement en 2010, c'est presque un crime d'écrire sur le hip hop japonais sans mentionner le producteur de disques, le propriétaire du magasin de disques, le DJ, le compositeur, l'arrangeur et l'icône Jun Seba alias Nujabes. Ses diverses approches du hip hop ont ouvert de nouvelles voies ici au Japon et ont ouvert la voie à de nombreux producteurs ambitieux à suivre. Mélangeant souvent du jazz et des sons house relaxants dans ses créations hip hop, les sorties de Nujabes sont immédiatement reconnaissables sans jamais sonner répétitives. Au cours de sa carrière, il a travaillé avec d'innombrables artistes dans son pays d'origine et à travers le monde.

Kandytown est la réponse du Japon aux sons nostalgiques de Pharrell

L'un des plus grands groupes flottant autour de la scène hip hop japonaise, KANDYTOWN se compose de 16 membres, chacun apportant sa propre saveur unique aux sorties du collectif. Tous les membres de KANDYTOWN ne sont pas des rappeurs, certains sont des producteurs, des vidéastes et d'autres types créatifs qui se rassemblent pour prendre le contrôle de la scène rap japonaise. Alors que de nombreux artistes hip hop sautent à bord du train de la musique trap, KANDYTOWN fait sa marque en perfectionnant le son hip hop old school influencé par sa marque de fabrique des années 90.

Si vous écoutez DJ Shadow, vous devez entendre DJ Krush

Semblable à Nujabes, DJ Krush (de son vrai nom Hideaki Ishi) n'est peut-être pas un tout nouveau nom si vous en savez un peu sur la scène hip hop japonaise, mais compte tenu des efforts récents, il mérite d'être revu. Tirant beaucoup d'influence du monde du jazz et de la soul, les sorties de DJ Krush ont réinventé les règles de ce que peut être la production hip hop, non seulement au Japon mais à travers le monde. Tout aussi fascinant que sa musique, Ishi a une riche histoire personnelle. En tant que jeune garçon, il a abandonné pour rejoindre un gang local et, peu de temps après, est devenu membre du tristement célèbre yakuza. Comme le raconte la légende, après avoir découvert un doigt coupé qui appartenait à un ami, il a heureusement décidé de quitter les enfers et de se concentrer sur la musique.

Pour Nicki Minaj, l'étrangeté passe du temps avec Daoko

Dites ce que vous voulez à propos de Nicki Minaj, une chose dans laquelle elle est bonne est de repousser les limites du hip hop, de la pop et de ce que cela signifie d'être une rappeuse aujourd'hui. Le rappeur japonais Daoko prend l'étrangeté et les limites de Nicki et les amène dans un monde plus orienté J-Pop. Née seulement en 1997, la capacité sophistiquée de Daoko à parcourir le monde de la J-Pop, de l'électro tout en livrant du rap spitfire, l'a rendue incroyablement populaire dans son pays d'origine. C'est certainement un nom que la communauté internationale devrait surveiller de près au cours des prochaines années.

Pakin apporte la crasse de style Dizzee Rascal à Tokyo

La musique de Pakin n'est pas pour les timides. Le MC basé à Tokyo a apporté l'énergie abrasive de la crasse britannique dans les rues du Japon depuis un petit moment maintenant, aidant à favoriser une scène locale petite mais en développement. Inspiré après avoir lu sur Dizzee Rascal, Pakin a travaillé sans relâche pour sortir de nouvelles musiques et faire le pont entre le Royaume-Uni et le Japon. Il est membre de l'équipe Dark Elements de Birmingham ainsi que de son propre collectif Tokyo's GUM.

 

Laissez Vos Commentaires