Une brève histoire du cannibalisme aux Fidji

L'histoire cannibale des Fidji n'est pas un secret, avec des poupées cannibales facilement disponibles à l'achat dans les boutiques de souvenirs et des visites régulières dans les grottes cannibales historiques. Des excuses publiques ont même été faites en 2003 aux descendants d'un missionnaire chrétien cannibalisé. Voici ce que vous devez savoir sur le sombre passé des Fidji.

Quand le cannibalisme s'est-il produit aux Fidji?

Le cannibalisme a une longue histoire aux îles Fidji, qui étaient auparavant connues sous le nom d'îles Cannibales. Selon le musée des Fidji, il existe des preuves archéologiques suggérant que la pratique de la consommation de chair humaine remonte à plus de 2500 ans dans les îles. Les fouilles sur certains sites ont mis au jour divers restes humains, les preuves de cette pratique brutale étant évidentes, en raison des cicatrices de boucherie sur les os.

Le dernier incident connu connu de cannibalisme aux Fidji a eu lieu dans les années 1860, avec la mort du révérend missionnaire Thomas Baker.

Pourquoi les gens en mangeaient-ils d'autres aux Fidji?

Les raisons initiales du cannibalisme aux Fidji sont un peu sommaires, mais il est clair que la pratique s'est poursuivie pour un certain nombre de raisons tribales et spirituelles.

Avez-vous déjà entendu la phrase garder vos amis proches et vos ennemis plus proches? On pense que les chefs fidjiens ont mangé la chair de leurs ennemis comme moyen de pouvoir, de contrôle, de vengeance et comme ultime insulte. On croyait également que si vous consommiez votre ennemi, vous hériteriez de ses connaissances. C'était une pratique brutale où les victimes étaient souvent torturées et même démembrées alors qu'elles étaient encore en vie.

L'ensemble du processus était imprégné de rituel, de l'abus des corps, du chant et du tambour et de l'utilisation de fourchettes spéciales pour manger la chair plutôt que les mains.

Comment s'est terminé le cannibalisme?

Les missionnaires chrétiens ont commencé à arriver dans le Pacifique à partir des années 1830. Beaucoup ont été horrifiés d'assister à des actes de cannibalisme et certains ont enregistré leurs témoignages oculaires. Alors que le christianisme se répandait, les Fidjiens ont commencé à se détourner de cette pratique et à adorer le Dieu chrétien, et non les anciens dieux fidjiens.

Le dernier acte connu de cannibalisme s'est produit en 1867. Le révérend missionnaire méthodiste Thomas Baker, ainsi que six autres élèves-maîtres fidjiens, ont été assassinés et mangés dans le centre de Viti Levu. On pense que leurs tueries ont été mandatées par un chef qui a résisté à la propagation du christianisme et à la conversion de l'ancienne religion fidjienne. Le révérend Baker est considéré comme le seul homme missionnaire ou blanc qui ait jamais été mangé.

Les restes des bottes du révérend Baker sont conservés au musée des Fidji à Suva.

Qui était le cannibale le plus prolifique?

Le cannibale le plus prolifique des Fidji - et du monde - est Udre Udre, un chef qui vivait près de Rakiraki dans le nord de Viti Levu. Il détient le macabre record mondial Guinness des cannibales les plus prolifiques, qui aurait mangé entre 872 et 999 personnes au cours de sa vie. Il a gardé une pierre pour chaque personne qu'il a consommée, et il y a encore plus de 800 pierres décorant sa tombe aujourd'hui. Le nombre exact de personnes qu'il a mangées est inconnu, car certaines pierres sont manquantes.

Que pensent les Fidjiens du cannibalisme aujourd'hui?

En 2003, les Fidjiens du village où le révérend Baker a été tué et mangé se sont officiellement excusés et ont demandé pardon aux ancêtres du missionnaire. Les habitants croyaient qu'ils avaient été maudits depuis le meurtre et en proie au malheur à cause des actions de leurs ancêtres et voulaient expier leurs péchés.

Plutôt que de fuir son passé, la nation chrétienne a accepté que le cannibalisme fasse partie de son histoire et en tire même de l'argent. Vous pouvez vous promener dans la boutique de souvenirs fidjienne Jacks et vous retrouver face à des poupées cannibales faites à la main en coquilles de noix de coco, ainsi que des fourchettes à cannibales en bois. Il y a des visites de la grotte Naihehe - également connue sous le nom de grotte Cannibal - où vivait la dernière tribu cannibale connue.

Bien sûr, il y a des gens qui se demanderont toujours s'il y a des îles aux Fidji où le cannibalisme est toujours pratiqué, mais les Fidji restent un pays fortement chrétien où les dimanches sont sacrés.

 

Laissez Vos Commentaires